Texte intégral :

Jésus nous y invite à plusieurs reprises. Alors suffit-il de se coucher tard pour, à sa suite, veiller ?

« Dieu comble son bien-aimé quand il dort. » Qu’elle est réconfortante cette parole du Psaume 126 ! Oui, Dieu aime notre sommeil. Cependant dans l’Evangile, Jésus nous demande de veiller. Il ne nous demande pas de nous priver de repos, bien au contraire. Il veut nous réveiller d’une torpeur bien confortable dans laquelle nous sommes tentés de nous enfermer.  Il nous invite à sortir de nos petits ronrons sécurisants. Le Christ nous appelle à avoir une attention particulière, une vigilance ouverte qui nous empêchera de sombrer dans une anesthésie spirituelle : nos prétentions, nos certitudes, nos richesses, notre orgueil nous empêchent souvent d’être attentifs au monde et aux autres.

De même que des parents restent en alerte et veillent sur leur enfant quand il est souffrant, de même le chrétien dans le monde doit rester attentif aux appels de Dieu et de ses frères humains. Veiller, à la suite du Christ, c’est quitter nos idées reçues qui nous sclérosent afin reconnaître la présence de Dieu autour de nous, là où souvent on ne l’attend pas.