Texte intégral :

Souvent cantonné au domaine artistique, qu’entendons-nous lorsque l’on parle de création ?

La foi en Dieu créateur est le premier article de notre Credo. Elle commande toute la doctrine chrétienne. Elle ne doit pas être confondue avec les théories scientifiques sur les débuts de l’univers.

Le mot « création » s’entend en deux sens : l’acte de créer à partir de rien, propre à Dieu par qui tout existe, et tout ce qui existe par cet acte créateur. La création ne concerne donc pas le commencement temporel du monde, mais son origine intemporelle. La Bible s’interroge sur le pourquoi, le sens et la finalité, et non sur le comment de la Création.

Dieu crée librement, sans aucune nécessité, par une parole de bénédiction et d’alliance originelles. « Dieu vit que cela était bon ». Les phénomènes naturels fonctionnent de façon autonome selon leurs lois et leurs capacités propres, et cela vaut aussi, mais différemment, pour l’esprit humain doté de raison et de liberté. Les êtres créés ne sont pas des marionnettes obéissant à un destin figé ou écrit.

Le Nouveau Testament élargit l’horizon : Dieu se fait plus proche que jamais, il devient l’un de nous en Jésus. Avec le Christ, Dieu n’est plus seulement créateur, il devient père, « notre Père ». Notre vocation de créatures « à son image » est de nouer avec le Père une relation d’enfant de Dieu. C’est la base d’une fraternité universelle qui dès la Genèse nous rend responsable de la création. « Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder. » (Genèse 2, 15)

Dans l’Encyclique Laudate Si, le pape François nous invite à repenser cette vocation originelle, notre co-responsabilité de la « maison commune ».

Musique originale : Thomas Pouzin
Avec la voix de Fitzgerald Berthon