Sœur Claire ne ressemble à aucune autre religieuse : elle n’a pas froid aux yeux et rien ne l’arrête. A 84 ans, elle continue à sillonner les pistes africaines, conduisant seule son véhicule pendant 7 heures de route sans se montrer fatiguée. A deux heures le matin, on la trouve en éveil devant son ordinateur à préparer quelque cours qu’on lui voit dispenser à l’école d’infirmières et de sages-femmes. Médecin, elle est aussi architecte. Gestionnaire, férue d’informatique, elle dit modestement qu’elle n’a pas fait tous les métiers puisqu’elle n’est pas mère de famille ! Son esprit balaie les idées toutes faites. Son ambition ? « Devenir inutile ! «  Car c’est le  signe qu’elle a réussi son travail de formation à l’autonomie et à la prise de responsabilités. Son énergie dope les Malgaches à qui elle essaie d’apporter des solutions de développement durable dans le domaine de la santé, de la lutte contre la pauvreté et la protection de l’environnement. Mais qu’est-ce donc qui fait courir sœur Claire d’un bout à l’autre de cette île, en voiture ou en avion ? L’énigme de sœur Cyclone ne se resolverait-elle pas si l’on entend qu’elle sera insatisfaite tant qu’elle n’aura pas trouvé l’esprit du Seigneur ? Un film trépident où la caméra de Pierre Barnieras court derrière sœur Claire, une pétillante octogénaire à l’optimisme contagieux qui ne cesse de travailler à l’édification d’un monde plus juste.

Une production : CFRT/ France2/ Flair production