Si l’Eglise s’intéresse à la GPA (Gestation Pour Autrui) et à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) c’est avant tout parce qu’elle s’intéresse à la personne humaine, au droit de l’enfant et de la femme.

Jean Matos, chargé de mission à l’archevêché de Rennes pour les questions éthiques, détaille les problématiques que soulèvent ces deux pratiques, problématiques qui doivent avant tout servir à aider les couples en souffrance d’enfant à décider d’avoir recours ou non à ces pratiques.