Si on le confond souvent avec l’apôtre, que signifie le terme disciple ?

Jésus a derrière lui, dans l’Évangile, un groupe de disciples. Non seulement les Douze, mais toute une petite tribu d’hommes et de femmes, de pauvres et de riches, d’amis personnels ou d’étrangers qui le suivent quelque temps. Nous comptons autour de Jésus une bonne trentaine de disciples connus par leur nom.
Un disciple est un élève. Jésus n’est pas le seul à avoir des disciples. Un rabbin connu, un philosophe réputé, en a également. Les disciples, de fait, nomment souvent Jésus « rabbi », c’est-à-dire « maître ». Le disciple écoute, apprend, quelquefois débat.
Mais le disciple n’est pas appelé à le rester éternellement. Un jour, il doit se mettre à enseigner lui aussi. Il devient apôtre.
Nous les chrétiens sommes à la fois disciples et apôtres. Nous apprenons et nous transmettons. Nous ne devons pas rester indéfiniment des suiveurs ; nous devons devenir les meneurs de nos frères, même modestement.
C’est l’Esprit saint qui a transformé les Disciples de Jésus en Apôtres, ce même Esprit que nous avons reçu dès notre baptême.