Bernard Henrot, prêtre ouvrier de Dunkerque, partage intégralement les conditions de vie des travailleurs étrangers dans leur communauté. Ce qui signifie vivre dans un cantonnement réservé aux travailleurs étrangers et  partager ainsi le quotidien des ouvriers immigrés. L’existence de cet homme, prêtre ouvrier, comme celle de ses camarades dont il se fait indirectement le porte parole, nous permet de saisir d’une manière sensible différents aspects du problème des “migrants” en nous introduisant dans un monde en marge de notre société.