Comment l’Eglise catholique a-t-elle accompagné les soldats sur le front de la Première guerre mondiale ? Elle devait durer quelques mois, elle a duré quatre ans. Enterrés dans les tranchées, mourant au front, souffrant de soif, de faim et de froid, les soldats comptent parmi eux des prêtres-soldats. Après la guerre, on se souviendra qu’ils ont combattu comme les autres soldats et qu’ils sont morts aussi comme eux. Dans les vestiges préservés des tranchées de Verdun et dans son mémorial, Pascal Bonniface fait revivre la vie et le rôle de ceux que l’on appellera plus tard “aumônier militaire” et qui assurent les messes pour les régiments. A quelques kilomètres de Verdun, l’église de Marbotte a échappé à la destruction. Morgue improvisée, elle est devenue lieu de mémoire avec ses vitraux patriotiques qui racontent les combats. A l’arrière, les paroissiens se mobilisent dans des oeuvres de soutien aux combattants. Après la guerre, dans les années 20, l’Eglise catholique a retrouvé sa place dans la société de la IIIè République : des centaines d’églises détruites seront reconstruites, les relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège se rétablissent.

Une production : CFRT/ France Télévisions