L’écriture de la pièce Le cinquième évangile découle directement du succès de Pierre et Mohamed écrite par le Fr. Adrien Candiard, dominicain et mise en scène par Francesco Agnello. En 2015, le Provincial mariste “lui demande d’imaginer in spectacle présentant les qualités d’éducateur du frère Henri. Francesco Agnello décide de s’adresser au Fr. Adrien Candiard pour l’écriture du texte.

Henri Vergès, frère mariste, a été le premier religieux assassiné en Algérie en même temps que Soeur Paule-Hélène Saint-Raymond, religieuse des Petites Sœurs de l’Assomption, le 8 mai 1994 à Alger.

Le titre de la pièce reprend des paroles du Frère Henri, prononcées dix ans avant sa mort et rapportées par le frère Christian de Chergé, prieur de la trappe Notre-Dame de l’Atlas, à Tibhirine :

« Le Christ doit rayonner à travers nous. Le cinquième évangile que tout le monde peut lire, c’est celui de notre vie ».

Le Fr. Adrien Candiard, s’inspirant de la vie et des écrits du frère Henri, a imaginé le personnage d’Ahmed, ancien élève d’Henri au lycée de Sour-El-Ghozlane, qui, depuis Damas où il est en poste comme jeune diplomate, entre en relation épistolaire avec son ancien professeur de mathématiques. À travers 7 lettres, 4 d’Ahmed et 3 d’Henri, les spectateurs découvrent les traits essentiels du religieux éducateur qu’a été le frère Henri, mariste, assassiné à Alger le 8 mai 1994. Il était au service des jeunes de la Casbah et des amitiés islamo-chrétiennes.

le Fr. Henri Vergès compte parmi les 19 martyrs d’Algérie reconnus le 27 janvier 2018 par le Vatican en vue de leur béatification, avec les moines de Tibhirine, Mgr. Pierre Claverie dominicain, et d’autres religieux et religieuses. Ils seront béatifiés à Oran le 8 décembre 2018.

La pièce a été filmée le 26 juin 2018 dans la chapelle Notre-Dame-des-Anges à Paris (6ème). Elle est interprétée par Jean-Baptiste Germain et mise en scène par Francesco Agnello.

Une production : VODEUS