La pièce filmée Le cinquième Evangile a reçu le Prix Père Jacques Hamel 2019. Il est décerné à Christelle Ploquin, réalisatrice de la captation vidéo pour le CFRT et au Frère Adrien Candiard, auteur de la pièce. Il a été remis le 1er février lors des Journées Saint François de Sales à Lourdes.

LE PRIX

C’est la deuxième édition de ce Prix créé par la Fédération des médias catholiques après l’assassinat du père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-de-Rouvray. “Il vise à distinguer un travail journalistique, quelque soit le support, qui met en avant les initiatives de paix et les démarches de dialogue interreligieux.” (Extrait du communiqué de presse de la FMC Médias catholiques)

LA PIECE

L’écriture de la pièce Le cinquième évangile découle directement du succès de Pierre et Mohamed écrite par le Fr. Adrien Candiard, dominicain et mise en scène par Francesco Agnello. En 2015, le Provincial mariste “lui demande d’imaginer un spectacle présentant les qualités d’éducateur du frère Henri. Francesco Agnello décide de s’adresser au Fr. Adrien Candiard pour l’écriture du texte.

Henri Vergès, frère mariste, a été le premier religieux assassiné en Algérie en même temps que Soeur Paule-Hélène Saint-Raymond, religieuse des Petites Sœurs de l’Assomption, le 8 mai 1994 à Alger.

Le titre de la pièce reprend des paroles du Frère Henri, prononcées dix ans avant sa mort et rapportées par le frère Christian de Chergé, prieur de la trappe Notre-Dame de l’Atlas, à Tibhirine :

« Le Christ doit rayonner à travers nous. Le cinquième évangile que tout le monde peut lire, c’est celui de notre vie ».

Le Fr. Adrien Candiard, s’inspirant de la vie et des écrits du frère Henri, a imaginé le personnage d’Ahmed, ancien élève d’Henri au lycée de Sour-El-Ghozlane, qui, depuis Damas où il est en poste comme jeune diplomate, entre en relation épistolaire avec son ancien professeur de mathématiques. À travers 7 lettres, 4 d’Ahmed et 3 d’Henri, les spectateurs découvrent les traits essentiels du religieux éducateur qu’a été le frère Henri, mariste, assassiné à Alger le 8 mai 1994. Il était au service des jeunes de la Casbah et des amitiés islamo-chrétiennes.

Le Fr. Henri Vergès compte parmi les 19 martyrs d’Algérie reconnus le 27 janvier 2018 par le Vatican en vue de leur béatification, avec les moines de Tibhirine, Mgr. Pierre Claverie dominicain, et d’autres religieux et religieuses. Ils ont été béatifiés à Oran le 8 décembre 2018.

La pièce a été filmée le 26 juin 2018 dans la chapelle Notre-Dame-des-Anges à Paris (6ème). Elle est interprétée par Jean-Baptiste Germain et mise en scène par Francesco Agnello.

ANIMATIONS PEDAGOGIQUES

Le sujet de la pièce de théâtre Le cinquième Evangile est un excellent support pour sensibiliser vos publics à l’histoire des relations islamo-chrétiennes en Algérie. Il peut être aussi le point de départ de formations à la rencontre, à l’écoute et au dialogue. La vidéo de la pièce est en libre accès ainsi que la fiche pédagogique du spectacle.

Pour accueillir cette pièce de théâtre, contactez Francesco Agnello – 06 64 64 01 51

Pour projeter le film dans votre établissement, contactez Marine de Vanssay – 01 44 08 98 12

Téléchargez  5ème évangile dossier pédagogique

Téléchargez Revue-de-presse-5e-evangile

AFFICHE DE LA PIECE

REGARD D’INES (18 ans)

L’auteur de la pièce à succès Pierre et Mohamed vient de nous livrer un second récit : Le Cinquième Evangile.

La mise en scène de ce texte m’a tout de suite captivé par sa simplicité et son originalité. Elle permet au spectateur de se concentrer sur l’essentiel grâce à un décor minimaliste et des costumes simples. C’est un «  seul en scène » avec Jean-Baptiste Germain qui interprète deux personnages par le subterfuge  d’une correspondance entre  le Frère Henri Verges et Ahmed, un de ses anciens élèves. Père Henri a été le témoin de l’amour du Christ et sa vie de partage et paix est un exemple remarquable.

Cette pièce est rythmée par le jeu d’un instrument suisse étonnant : le Hang. Grâce à cette musique, Francesco Agnello nous fait ressentir l’inquiétude et la joie d’Ahmed. Cela  soutient efficacement une dramaturgie très bien construite et captivante. Cela peut-être un avantage d’avoir auparavant quelques notions de la Guerre Civile d’Algérie.

Une production : CFRT