Pendant 1167 jours Jean-Paul Kauffmann a été retenu en otage au Liban. Aujourd’hui le journaliste a retrouvé une vie “normale”. Il a renoncé à l’aventure du grand reportage, pour se consacrer à un travail d’écriture, où il confie à demi-mots quelque chose de la solitude et de l’exil intérieur qui l’habite. Redécouvrir la beauté d’un arbre, être sensible à l’intensité de la lumière, goûter la chaleur d’une famille. Tels sont les simples mais indispensables plaisirs de la vie que Jean-Paul Kauffmann redécouvre sous le regard complice du réalisateur Patrice Chagnard.

C’est seulement devant une peinture de Delacroix : Le combat de Jacob avec l’Ange (église Saint-Sulpice à Paris), que Jean-Paul Kauffmann peut laisser revenir les images qui l’obsèdent et laisser venir les mots qui peuvent le délivrer de cette longue traversée de l’enfer, qui fut aussi un face a face avec lui même et avec Dieu : son combat de Jacob.

Une production : CFRT/ France 2