Jean-Louis Galaup a choisi d’être franciscain à condition de vivre avec les plus pauvres. A Toulouse, il partage une vie fraternelle avec une dizaine de personnes qui ont connu la galère et ont choisi d’habiter dans cette maison commune. Pour Jean-Louis, c’est un modèle de vie inspiré par celle de saint François d’Assise. En parallèle, il rejoint ses frères franciscains dans le couvent toulousain. Là, il retrouve la vie de prière, “pivot de toute mission”, dit-il. A Toulouse, plusieurs maisons accueillent des “frères de la rue” qui connaissent une nouvelle vie dans ce nouvel environnement.

Une production : CFRT/ France télévisions