Le sanctuaire de Jasna Góra dans la ville de Czestochowa attire chaque année 4 millions de pèlerins, essentiellement polonais car l’histoire de Czestochowa est intimement liée à l ’ histoire de la Pologne.

Le monastère paulinien de Jasna Góra est fondé en 1382, à l’initiative d’un prince. Selon la tradition, l’apôtre Luc aurait peint la Vierge Noire de Czestochowa sur la table de la sainte-Famille. L’icône de la Vierge reçoit une balafre sur la joue suite au pillage du sanctuaire.

Les croyants demandent aujourd’hui dans leurs prières plus de réussite spirituelle que matérielle. On attribue à la Vierge de Jasna Gora des miracles physiques, mais surtout spirituels. Capitale spirituelle de la Pologne, elle est le symbole de la résistance, de la foi, de la liberté.

Rencontre aux chantiers navals de Gdansk avec Lech Walesa qui arbore une image de la Vierge sur le revers de sa veste depuis 1980, alors que le syndicat Solidarnosc était en lutte contre le pouvoir communiste. Lech Walesa offrit en ex-voto la médaille de son Prix Nobel de la paix au sanctuaire de Jasna Gora.

Lech Walesa : «L’élection d’un pape catholique a permis de nous mobiliser, pas pour la révolution mais pour la prière. Nous nous sommes rendus compte que nous étions des millions. Mais le communisme était si puissant, seule la référence à Dieu pouvait nous donner une chance.»

Ce film est une découverte de ce sanctuaire, vrai dédale où les siècles et les trésors d’art s’enchevêtrent. C’est là que bat le coeur de la Pologne : le film montre comment la Vierge de Czestochowa est le coeur de la résistance de ce pays souvent maltraité par l’histoire. Avec Lourdes, Fatima ou Lorette, c’est un des hauts lieux mariaux de l’Europe.

Une production : CFRT