Comment éviter la spirale de la délinquance ? Quels sont les signes d’alerte à repérer ? Y a-t-il une spécificité des délinquants Outre-mer ? Comment donner ou redonner confiance aux jeunes pour qu’ils ne dérivent pas ? L’Eglise s’investit-elle sur cette question ?

Ludovic Giboyau, martiniquais de 33 ans, viendra nous raconter son parcours. Aujourd’hui jeune entrepreneur, sa vie n’a pas toujours été rangée. Placé en garde à vue pour des vols de voitures, à plusieurs reprises, quand il n’était qu’un mineur, il a fini par être condamné à 6 mois de prison avec sursis. Il nous racontera ce qu’il se passait dans sa cité à Villepinte, en région parisienne.

Nous serons connectés aussi avec Olivier Vandestoc depuis Cayenne où il vit désormais avec sa femme et ses deux petits garçons. Il nous dira comment, sans jamais être inquiété par la justice, il a fréquenté de très près le milieu du proxénétisme à Fort-de-France alors qu’il vivait avec ses parents, enseignant et chef d’entreprise. Delphine Tinval, socio-anthropologue guadeloupéenne, nous aidera à comprendre pourquoi et comment la pression de la consommation dans nos sociétés d’Outre-mer pousse les jeunes vers ce qu’elle appelle la délinquance acquisitive. Nous irons aussi en Guadeloupe et à La Réunion rencontrer deux jeunes qui ont réussi, en croisant sur leurs routes les bonnes personnes, à retrouver une vie apaisée.