En 1959, Jacques Demy réalise son 9ème court-métrage, une commande des Productions du Parvis pour l’émission du Jour du Seigneur. Sur des images de paysages, des rues du village d’Ars, de l’église, des pièces du presbytère où le curé d’Ars vécu – de sa cuisine à sa chambre-, dans un très beau noir et blanc, le film de Jacques Demy évoque de la vie du curé d’Ars (1786-1859) jusqu’à sa mort : l’austérité de sa foi, ses conflits avec ses paroissiens, sa tentation de la fuite… ll nous fait entrer dans l’intimité du parcours spirituel de saint Jean-Marie Vianney. Nommé curé d’Ars le 9 février 1818, il y exerce son ministère pendant 41 ans.

Aucune fiction n’intervient dans ce film. Toutes les images ont été tournées à Ars. Le commentaire de Jacques Demy est composé à partir des textes écrits par le saint curé d’Ars et il le lit lui-même.

Extrait de la très intéressante étude de Benjamin Rondeau Entre commandes et parrainages : Jacques Demy et le court métrage à lire en intégralité sur le site OpenEdition Books ; on y trouve des pistes de réponse sur les raisons de l’attirance de Jacques Demy pour ce sujet : 

Ars, le dernier court métrage de Jacques Demy, est une commande des Productions du Parvis, société spécialisée dans les films religieux qui soumet au cinéaste l’idée d’un film sur Jean-Marie Baptiste Vianney, curé d’Ars et saint patron des curés de paroisse. Les commanditaires permettent à des auteurs, chrétiens ou non, de s’exprimer sur des sujets religieux à travers un travail qu’ils souhaitent d’une haute tenue artistique, ce qui laisse à Demy la possibilité de mener un projet personnel.

Après n’avoir été qu’un contributeur puis un exécutant éclairé imposant malgré tout sa marque à la commande académique, Demy s’émancipe complètement de toute pression de commanditaires en mettant en scène Ars.

Une production : Les Productions du Parvis