Adrienne von Speyr (1902 – 1967), épouse, mère de deux enfants, est l’une des premières femmes médecin en Suisse dans les années 20. Mais, elle est, aussi, l’une des plus grandes mystiques contemporaines. Elle a continuellement cherché la vérité de Dieu, n’étant pas satisfaite de sa religion protestante : « Dieu est autrement » disait-elle.

En 1940, après une grave maladie à la suite du décès de son premier mari qui l’affecte profondément, elle demande à rencontrer l’aumônier des étudiants de Bâle où elle habite. Sur la terrasse dominant le Rhin, elle se convertit au catholicisme en 1940, lors d’une rencontre mémorable avec le jésuite le père Hans Urs von Balthasar, dont le père de Lubac dira qu’il est le théologien le plus érudit du 20ème siècle. Il devient son confesseur et directeur de conscience jusqu’à sa mort, recueillant ses pensées théologiques et spirituelles qui lui venaient de sa prière, de ses visions et qu’Adrienne lui dictait. Plus de 60 volumes que le père Balthasar publie à titre posthume à partir de 1985, avec l’agrément de Jean Paul II.

“L’engagement radical de cette femme de caractère tant auprès des hommes en tant que médecin qu’auprès de Dieu alors même qu’elle est épouse et mère, m’attire. Au début du siècle devenir médecin pour une femme relève du combat. Chercher la vérité de Dieu dans un pays marqué par la Réforme protestante s’avère une quête inlassable.” Marie Viloin, réalisatrice.

Le film de Marie Viloin fait renaître l’exceptionnel itinéraire de foi et de vie d’Adrienne. Ses proches, ses écrits témoignent de ce qui l’habitent depuis l’enfance : sa vocation de médecin indissociable de son amour de Dieu et des hommes.