Les soins palliatifs sont-ils toujours synonymes de fin de vie ? À quels moments peut-on y recourir et dans quelles situations ? Où sont-ils dispensés et par qui ? Comment accompagner un proche en fin de vie ? Vers quelles structures l’orienter ? Comment les familles et les proches vivent-elles cet accompagnement ? Dieu m’est témoin a choisi de poser toutes ces questions cette semaine à Rémy Médée.
Ce jeune martiniquais de 33 ans nous racontera comment il a accompagné sa maman, lorsqu’elle était à l’unité de soins palliatifs de Clarac en Martinique, il y a quelques mois. Il nous parlera du formidable travail de l’équipe soignante qui était à leurs côtés jusqu’à la fin.

Nous irons d’ailleurs à l’Unité de Soins Palliatifs de la Clinique Sainte-Clotilde à La Réunion, auprès du Dr Olivier Collard et de toute son équipe, et verrons comment dans ce service, c’est le patient qui est au centre de tout.

Nous verrons également que les soins palliatifs se mettent aussi en place à domicile et parfois tôt dans la maladie. C’est le cas de Rita qui vit chez sa fille Blandine. Avec une maladie d’Alzeihmer déclarée, des poumons abimés et de très lourdes difficultés de vue et d’expression, Rita est prise en charge désormais par toute une équipe, dans son cas, c’est ce qu’on appelle une démarche d’humanisation face à la dépendance.

Nous serons connectés avec Le Marin en Martinique, où le père Alain Ransay, aumônier d’hôpital, nous rappellera l’importance de l’accompagnement spirituel pour les malades et leurs proches, mis en place dans les hôpitaux, pour que la fin de la vie se passe le plus sereinement possible.

Une production :