Marie Viloin nous propose une immersion à la fois touchante et très réaliste dans la vie des hommes du « Cenacolo ».
Institution créée en 1983 par une religieuse italienne, soeur Elvira Petrozzi, le Cenacolo est une communauté qui comprend 60 fraternités à travers le monde. L’idée est d’accueillir de jeunes toxicomanes aux prises avec leur addiction, et de les aider à en sortir par la prière, le recentrement en vérité avec soi-même, et l’accompagnement d’un autre résident qui joue le rôle de binôme. Plusieurs spécificités caractérisent cette démarche, notamment l’absence de psychologue, d’éducateur, de prêtre, et le non recours aux médicaments.
Le film se déroule dans une ferme située dans les Pyrénées, près de Lourdes, où vivent 44 garçons âgés de 19 à 54 ans. Ils y restent en moyenne trois ans.

Une production : CFRT

Commentaire d’une internaute :
” Je ne peux m’empêcher de vous faire part du questionnement qui m’a habitée tout au long du film “La Prière” [de Cédric Kahn] que je suis allé voir il y a une dizaine de jours au cinéma.
En regardant ce film,  je n’ai pu m’empêcher de faire un parallèle avec le très beau documentaire de Marie Viloin que vous avez diffusé il y a quelques mois [13/03/2016], sur le Cénacolo.
Ce documentaire m’avait profondément touché à la fois par ce qu’il nous montrait de ces jeunes si profondément blessés et tout le chemin de reconstruction qui leur était proposé. Et comme très souvent avec les documentaires de Marie Viloin, la beauté des images illustrait parfaitement ce sujet si grave.
Quel ne fut mon étonnement de voir tout au long de ce long métrage, des images quasi identiques à celles que j’avais déjà vues !
Comment se fait-il qu’un documentaire de la qualité de celui que vous avez diffusé, n’ait pas eu plus d’échos auprès du grand public ?