Thomas du Kerala

En Inde, face à la misère, des initiatives ont vu le jour pour soulager les pauvretés de toutes sortes.C’est le cas de l’association que Thomas a fondé il y a trente ans au Kerala, berceau du christianisme. Aide-soignant de formation, il a décidé de recueillir des personnes handicapées abandonnées par leurs familles. Son centre accueille aujourd’hui plus de deux cents personnes handicapées.Ces personnes handicapées et les bénévoles qui les encadrent et les soignent préparent quatre mille repas par jour qui sont offerts aux pauvres dans les hôpitaux. Son association, Navajeevan (la Nouvelle Vie), fonctionne uniquement grâce aux dons de la population locale. L’État indien ne prend en charge aucun soin médical. Les chrétiens qui représentent 2% de la population globale de l’Inde, assurent 30% du travail social (éducation, santé, soins aux personnes âgées et handicapées) dans tout le pays pour tous les Indiens, sans discrimination aucune…La charité, dit Thomas, c’est une pierre qu’on jette dans l’eau et qui fait des cercles et des cercles…Extrait du film Quand Thomas cessa de douter  de la collection Mes Ethiopiques réalisée par Jacques Debs.http://players.brightcove.net/2210145159001/default_default/index.html?videoId=3023283738001Disponible en DVD DVD_Mes Ethiopiques

P. Pierre Ceyrac

“Father india”, comme on l’appelait, est mort à 98 ans, mercredi 30 mai 2012. Il a vécu jusqu’au bout auprès des enfants abandonnés et des « intouchables ».La réalisatrice Béatrice Limare était allée le rencontrer à Madras en 2006. Son film dresse un étonnant portrait du missionnaire jésuite, voix de ceux qui n’ont plus de voix, qui vit sa foi dans l’action au service des plus pauvres.http://players.brightcove.net/2210145159001/default_default/index.html?videoId=2327509732001