Panorama de la bande dessinée chrétienne : notre vidéo

Peut-on transmettre la foi via la bande dessinée ? Enquête parmi le panorama foisonnant de BD qui parlent de Dieu ou qui y croient.

Découvrez La foi en dessin au Festival de la BD chrétienne d’Angoulême

Depuis 29 ans, une présence chrétienne au Festival de la bande dessinée d’Angoulême est assurée par une équipe de catholiques et de protestants en partenariat avec le Festival International d’Angoulême. A l’occasion de cette 30e édition, nous vous proposons un reportage sur l’édition de 2011 pour tout savoir sur l’esprit du Festival et découvrir quelques fameux auteurs comme Brunor et Guézou..

 

Sélection de bandes dessinées chrétiennes qui ont fait parler d’elles

Poverello de Robin.  Il a reçu le Prix de la BD chrétienne 2017 pour son album Les Larmes d’Esther (Bayard) ex aequo avec l’album de Martin Jamar (Dessinateur), Jean Dufaux (Scénariste) et Martin Jamar (Coloriste), Vincent, Un saint au temps des mousquetaires (Dargaud).

En mêlant la fiction à la vie de saint François d’Assise, le dessinateur Robin nous rend le Poverello très contemporain. Sa BD réussit le pari de nous apprendre tout en nous émerveillant et à nous partager la quête de sens de ses deux héros (Bayard).

 

Quelques écorces d’orange amère de P. Christophe Hadevis et de Erwan Le Saëc a reçu le Prix international de la Bande dessinée chrétienne au 41e Festival d’Angoulême (2014). A lire aux Editions de l’Emmanuel.

La vie de Benoît Labre valait bien un album. “Vagabond de Dieu”, c’est sur les routes qu’il a choisi d’être auprès de Dieu en vivant pauvre parmi les pauvres. Un destin atypique qui a mené le mendiant à la sainteté.

 

L’abbaye cistercienne de la Coudre en BD

L’abbaye Notre-Dame de la Coudre à Laval a été fondé en 1818. Pour préparer les 200 ans de l’existence de l’abbaye, les moniales trappistines ont travaillé à la réalisation d’une bande dessinée racontant leur histoire. Elles aimeraient faire ainsi comprendre que “nous vivons pour Dieu et par Dieu”. Pour la femme du dessinateur – Jean-Luc Roger – en charge de l’écriture des textes “l’expérience dépouillée et axée sur Dieu seul des soeurs de l’abbaye est une interrogation pour notre époque”.