Histoire

Dès les premiers siècles, spécialement au concile d’Ephèse en 431, l’Église a exprimé et transmis l’essentiel de la foi concernant la Mère de Jésus. Il faudra ensuite un long temps pour manifester progressivement “les merveilles de grâce” réalisées en “Sainte Marie Mère de Dieu”. St. Irénée avait déjà pressenti l’Immaculée Conception de Marie en la saluant comme la nouvelle Éve. Ce ne sera toutefois qu’à partir du 15ème siècle que l’Église commence à proclamer :” Dieu a préparé pour son Fils une demeure digne de Lui, par la conception immaculée de la Vierge… À cette fin, Dieu l’a préservée de tout péché, par une grâce provenant déjà de la mort de son Fils“. Cette formulation sera reprise dans la proclamation du Dogme de l’Immaculée-Conception par le Pape Pie IX en 1854. Quatre ans plus tard, en 1858, cette proclamation recevait, aux yeux du monde catholique, une illustration étonnante et complètement inattendue : une fillette illettrée de 14 ans, totalement ignorante de la proclamation de ce Dogme, avait la vision de la Vierge Marie se présentant à elle comme “l’Immaculée -Conception”. C’était à Lourdes, à la Grotte de Massabielle et la fillette était Bernadette Soubirous.

L’Immaculée Conception de Marie n’est pas seulement préservation du mal, de la souillure originelle et de tout péché, elle est plénitude de grâce, non pas reçue dans la passivité, mais mise en oeuvre à travers toute une vie de foi héroïque. Marie l’Immaculée est d’abord Marie la Croyante, cheminant de foi en foi, intensément attentive à la Parole de Dieu lui conférant sa mission et sa responsabilité de Mère de Jésus le Sauveur. Marie l’Immaculée !… C’est cette femme Juive qui a dit oui à son Dieu, une fois pour toutes, sans jamais reprendre sa promesse ni revenir en arrière. Marie est la totalement Fidèle : la plus intimement associée à son Fils, sans conditions…même quand il était traité de fou par la parenté de Nazareth et quand il achevait sa vie au Calvaire : ” elle se tenait debout près de la Croix de Jésus” (Jean 19.26).

P. Marie-Bernard Pineau, dominicain

Notre vidéo – Le visage enluminé de l’Immaculée conception

Avant d’être un dogme en 1854, l’Immaculée Conception était déjà une fête chrétienne médiévale. Mais comment illustrer la conception sans péché de Marie ? Le peintre Jean de Toulouse a choisi le motif du baiser de Joseph et Anne devant la porte de Jérusalem. Une enluminure d’un livre d’heures du Moyen Age a conservé la mémoire de cette représentation depuis abandonnée. Reportage de Laurence Chartier réalisé dans le cadre de l’exposition Trésors enluminés des musées de France qui s’est tenue au musée des Beaux Arts d’Angers jusqu’au 16 mars 2014.

La fête des lumières à Lyon (Archives) – Reportage de Carine Poidatz – CFRT 2003

Quel est l’origine de la fête des lumières ? Et quel est son lien avec la fête de l’Immaculée conception ? Réponses dans ce reportage.