Extrait du documentaire Les Justes de Nicolas Ribowski – De l’étoile jaune à la rafle dite du Vel’ d’hiv’

La Rafle du Vel’ d’hiv’ : un devoir de mémoire

Les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 Juifs sont arrêtés par la police française. 1129 hommes, 2916 femmes et 4115 enfants sont enfermés dans l’enceinte sportive du Vélodrome d’Hiver. Les couples sans enfants et les célibataires (1989 hommes et 3003 femmes) sont internés au camp de Drancy.

Du 19 au 22 juillet, les familles du Vél’ d’Hiv’ sont transportées dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande. Adultes et adolescents sont déportés en premier. Brutalement séparés de leurs parents, environ 3000 enfants en bas-âge sont laissés sur place dans une affreuse détresse. Ils sont transférés à Drancy puis déportés entre le 17 et 31 août 1942. Aucun d’entre eux n’est revenu.

Site Fondation pour la Mémoire pour la Shoah pour les informations sur les commémorations et cérémonies.

Comme chaque années, plusieurs manifestations ont lieu le 16 juillet en mémoire des milliers de Juifs arrêtés, il y a 77 ans. Le CFRT a coproduit le documentaire Les Justes de Nicolas Ribowski (2006). Il rend hommage à ces « héros de l’ombre », les “Justes”, des anonymes que seul le refus du régime instauré contre les Juifs unissait. Le réalisateur Nicolas Ribowski a survécu grâce à l’un d’eux. Son film leur rend hommage.

Extrait du film Les Justes de Nicolas Ribowski – Notre vidéo

Pendant la Seconde guerre Mondiale, ceux qui ont accepté d’aider les Juifs, malgré les risques, malgré les lois, étaient peu nombreux en France, quelques milliers au plus. Ils savaient qu’ils bravaient la mort. Obligés au secret, solitaires ou au sein de réseaux clandestins, ils ont sauvé des Juifs en les cachant, en fabricant de faux papiers, en les aidant à passer une frontière. Dans le chaos et l’abdication, ils ont permis à l’espoir de tenir, à la vie de l’emporter.

Une coproduction : CFRT/ Miss Luna Films / Injam Production/ paris Cap’/ Public Sénat